Attention aux nouveaux animaux de compagnie (NAC)

Vous connaissez certainement dans votre entourage des personnes qui possèdent, au sein même de leur foyer, un animal « hors du commun » tel qu’un python royal, une mygale ou encore un iguane. Cette tendance à l’exotisme porte un nom, ce sont les NAC. Littéralement : les nouveaux animaux de compagnie (expression créée en 1984 par un vétérinaire lyonnais lors d’une conférence). Passionnés par leur beauté et poussés par le plaisir de posséder des animaux potentiellement dangereux et rares, et que peu de gens ont chez eux, les propriétaires augmentent jour après jour la tendance de ces dernières années.

Vétérinaires sans frontières

Bien que l’homme ait toujours eu envie de domestiquer des animaux sauvages, cette tendance se porte plus précisément sur leur domestication accompagnée de leur médicalisation auprès des vétérinaires de plus en plus spécialisés par la force des choses. Actuellement, on estime que 5 % des foyers français possèdent des NAC. Cela représente quelques 18 millions de specimens !

Une possession réglementée à trois échelles

La possession de ces animaux, pas toujours considérés comme des animaux domestiques, doit respecter certaines règles qui diffèrent selon les pays et les conventions internationales. En France, le commerce et la détention des animaux d’espèces non domestiques sont contrôlés par 3 niveaux de réglementation :

– la réglementation internationale ( Convention de Washington (CITES) qui régie les échanges internationaux des espèces non domestiques)

– la réglementation européenne (règlement CE 338/97, qui est en fait une transposition de la CITES au niveau de l’Europe)

– la réglementation française (textes de protection de la nature (code de l’environnement) et de réglementation de la détention d’animaux non domestiques (arrêtés du 10 août 2004)

La loi française reconnaît peu de NAC comme étant « domestiques ». Si ce n’est pas le cas, il convient, hors exception, d’obtenir un certificat de capacité pour l’entretien d’animaux d’espèces non domestiques et leur élevage.

Des risques trop importants

Les risques sanitaires

Outre tous les risques de morsures, venimeuses ou non, d’étouffements et de griffures, les NAC peuvent transmettre des maladies à l’homme (zoonose) et à d’autres espèces animales. Cela peut provoquer de graves problèmes puisque notre système immunitaire n’est pas préparé à ces nouveaux pathogènes et parasites véhiculés.

Rappel de la grippe aviaire qui touche les oiseaux

Les risque d’invasion

Comme le syndrome des jeux désirés et obtenus un temps par les enfants, les NAC, une fois possédés, deviennent moins passionnants pour leur propriétaires. Cela représente même un fardeau en raison de leur attention quotidienne exigée et de leur coût d’entretien (exigences spécifiques d’alimentation, température, luminosité, humidité…).

Certaines personnes choisissent la facilité et prennent la décision de les relâcher dans la nature. Enorme erreur entourée de conséquences ! En effet, ces animaux peuvent devenir des espèces invasives, c’est à dire, entrer en compétition avec des espèces plus ou moins rares, voire endémiques, de nos écosystèmes. Ils peuvent, dans ce cas, entraîner leur disparition totale ou bouleverser toute une chaîne alimentaire, tout un équilibre local existant de la faune et de la flore.

De plus, ces NAC sont, pour certains cas, des individus que l’on a retiré de leur propre milieu naturel, à des milliers de kilomètres de là. Par voie de conséquence, et de la même façon que précédemment, c’est tout un équilibre naturel qui peut se voir rompu.

L’animal emblématique des NAC est la tortue de Floride qui a été importée massivement en Europe par les animaleries à la fin du xxe siècle. Elle a été relâchée en grand nombre dans la nature, par des propriétaires incapables de s’occuper de leur petite tortue devenue grande. Elle a réussi à s’acclimater et elle est devenue invasive en France où elle prend peu à peu la place de la tortue indigène, la Cistude.

Publicités

2 réponses à “Attention aux nouveaux animaux de compagnie (NAC)

  1. Pingback: 22 Mai : Journée Mondiale de la biodiversité | envi2bio

  2. Pingback: 3 Mars: Première journée mondiale de la vie sauvage | envi2bio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s