63eme session de la Commission Baleinière Internationale : un bilan mitigé pour la protection des baleines

Réunie du 11 au 14 juillet derniers sur l’île de Jersey , la 63eme session de la CBI (Commission Baleinière Internationale), composée de 89 pays membres, s’est achevée sur une note amère.

Malgré un début prometteur avec l’obtention d’un consensus destiné à modifier les modalités de règlement des cotisations et à instaurer davantage de transparence au sein de l’institution, la session s’est terminée par le rejet d’une proposition de sanctuaire baleinier dans l’Atlantique Sud proposé depuis plus de 10 ans à la commission.

Les discussions ont été animées entre pays chasseurs ( Japon, Islande, Norvège ) et États pro-baleine…

Le positif :

Suite aux soupçons de corruption portés par l’Ifaw (Fonds international pour la protection des animaux), accusant les lobbyistes japonais de soudoyer certains des membres de la commission, la CBI a cherché à redorer son image en instaurant la mise en place du paiement de la cotisation annuelle de chaque Etat par virement bancaire uniquement.

En refusant les paiements en liquide ou par chèque, cette résolution permettra d’empêcher le Japon de régler les cotisations de certains petits pays pour s’assurer de leur soutien.

Le négatif :

Porté par l’Argentine et le Brésil le projet de sanctuaire baleinier dans l’Atlantique Sud, proposé depuis 2001 à la commission a une nouvelle fois été rejeté.

Ce sanctuaire permettrait aux populations de baleines à bosse et baleines blanches d’être protégées car leur nombre  ne cesse de diminuerLe sanctuaire aurait eu son utilité pour « au moins sept espèces », a expliqué Javier Rodriguez, professeur en biologie costaricain

C’est principalement le Japon qui s’oppose à l’instauration de ce sanctuaire, suivi par leurs homologues africains, caribéens, islandais, norvégiens et russes, qui ont tous quitté la table des négociations, rendant le nombre de voix nécessaires insuffisant pour l’approbation du texte.

« Plus de 89 pays se sont déplacés pour rien ! Au lieu de se pencher sur la protection des baleines, nous avons été pris dans les filets du Japon, qui a refusé tout compromis « , estime Willie McKenzie, porte-parole de Greenpeace.

Les efforts menés pour obtenir un consensus ont échoué. Et certains sujets à l’ordre du jour, tels que la protection des cétacés soumis aux eaux radioactives de Fukushima , n’ont pas été abordés.

Publicités

3 réponses à “63eme session de la Commission Baleinière Internationale : un bilan mitigé pour la protection des baleines

  1. Pingback: Bretagne: échouage d’une baleine de 20 tonnes ! | envi2bio

  2. Pingback: Japon : la chasse à la baleine financée par les dons envoyés aux victimes du tsunami | envi2bio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s