52 gestes pour agir en faveur de la biodiversité

Chaque fin de semaine, nous vous proposons 4 gestes à réaliser seul ou à plusieurs. Vous découvrirez ou redécouvrirez, ainsi, des conseils amusants, créatifs ou éducatifs pour vous donnez envie d’agir toujours plus pour sauvegarder la biodiversité, des gestes souvent très simples qui suffisent à protéger efficacement les richesses de la nature.

Geste 41 : Je n’achète ni ne relâche d’animaux exotiques.

Poissons tropicaux, chiens de prairies, perroquets, boas, mygales… : la plupart de ces animaux sont prélevés dans la nature, sans respect pour la biodiversité (certains sont même en voie d’extinction !). Et ils sont traités sans ménagement pendant le transport (la majorité n’y survit d’ailleurs pas).

De plus, ils coûtent cher, à l’achat comme à l’entretien, peuvent transmettre des maladies, être dangereux et causer des dégâts importants. Les relâcher dans la nature n’est pas une solution : certains (perruches, tortues aquatiques, écureuils gris…), libérés ou échappés, se sont parfaitement acclimatés et ce, parfois aux dépens de la faune indigène…

Alors, avant d’en acheter, réfléchissez-y  plutôt deux (mille) fois qu’une !

Geste 42 : Je découvre les « points chauds » de la biodiversité.

Ces régions sont parmi les plus riches en biodiversité – elles regroupent environ 60% des espèces de plantes, oiseaux, mammifères, reptiles et amphibiens de la planète, dont près de la moitié d’espèces endémiques (c’est-à-dire propres à ces régions) – mais aussi les plus menacées : elles ont déjà perdu au moins 70% de leur végétation primaire et abritent près de 75% des espèces animales les plus en danger !

Actuellement, on dénombre 25 « points chauds » terrestres et 9 en passe de le devenir – les « points chauds » marins n’ont pas encore été identifiés – où il est désormais plus qu’urgent d’agir. Alors, agissez en soutenant les associations de protection de la nature qui oeuvrent dans ces régions.

Pour en savoir plus : http://www.biodiversityhotspots.org

Geste 43 : J’incite mon entreprise à agir pour la biodiversité.

Amenez votre entreprise à compenser son impact sur l’environnement (ses émissions de CO2, son implantation le long d’un cours d’eau…) ou à augmenter son engagement en faveur de la biodiversité.

Comment ? En subventionnant des associations de protection de la nature (qui restaurent des écosystèmes particuliers, protègent des espèces menacées…), en finançant des programmes scientifiques d’inventaire et de conservation, en partageant les bénéfices avec les pays du Sud qui ont fourni les matières premières ou les ressources génétiques, en créant une fondation dédiée à la sauvegarde de la biodiversité, en impliquant les salariés, en les envoyant sur le terrain…

Geste 44 : Je découvre le paiement pour services environnementaux.

Un agriculteur est rémunéré car il accepte, malgré un certain manque à gagner, de ne pas déboiser une forêt pour agrandir sa surface agricole, mais au contraire de la maintenir afin qu’elle continue à absorber les eaux de ruissellement,  à capter et transformer le CO2 en O2, à abriter et nourrir de nombreuses espèces… : voilà un exemple du principe du « paiement pour services environnementaux ».

Ce principe innovant remporte déjà un certain succès, quoiqu’il soit difficile de déterminer la valeur financière de certains services environnementaux. Néanmoins, il vous plaît? Parlez-en autour de vous! Ca pourrait ne pas tomber dans l’oreille d’un sourd…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s