Explosion mortelle sur le site nucléaire de Marcoule (Gard)

Explosion sur un site nucléaire à 180 km de Lyon

Un four a explosé ce lundi vers 11h45 sur le site de retraitement de déchets nucléaires de Marcoule (Gard). Le site abrite l’usine de retraitement de déchets nucléaires Centraco, filiale de la société Socodei et d’EDF. L’explosion a causé la mort d’une personne et plusieurs blessés sont à déplorer. Selon le Commissariat à l’énergie atomique, « il n’y aurait pas de rejets radioactifs pour l’instant ».

 

Un périmètre de sécurité a été installé pour prévenir les risques de fuite, mais l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et EDF assurent que l’accident n’a provoqué aucune fuite radioactive ou chimique à l’extérieur de l’installation Centraco de Codolet.

«Il s’agit d’une explosion d’un four servant à fondre les déchets radioactifs métalliques de faible et très faible activité», a indiqué l’ASN.

Un incident industriel, non nucléaire

Selon un porte-parole d’EDF, «c’est un accident industriel, ce n’est pas un accident nucléaire». «Dans ce type de four, il y a deux types de déchets: des déchets métalliques (vannes, pompes, outils) et des déchets combustibles comme des gants ou des combinaisons de travail des techniciens», a-t-il précisé. «L’incendie déclenché par l’explosion a été maîtrisé», a ajouté EDF.

«Aucune mesure de confinement ou d’évacuation» des salariés «n’a été nécessaire» sur le site, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Les blessés «n’ont pas été contaminés» et la personne décédée est «morte dans l’explosion», a-t-on ajouté.

La ministre de l’Écologie Nathalie Kosciuscko-Morizet s’est rendue sur place vers 17h15 afin de participer à «une évaluation précise des éventuels impacts radiologiques de cet accident».

Un incident déjà survenu à Marcoule

Ce n’est pas la première fois qu’un incident survient à Marcoule. En mars 2009, un incident de «niveau 2» (sur une échelle qui en compte 7) s’était produit à l’installation nucléaire Melox d’Areva, rapportait L’Express. A l’occasion d’une opération exceptionnelle, une masse de matière fissile avait été introduite dans l’usine et cette matière avait provoqué un dépassement de la «limite de sûreté-criticité», c’est à dire le démarrage d’une réaction nucléaire non contrôlée.

Sources : Le Figaro

Pour rappel, voici la carte montrant la répartition des centrales nucléaires sur le territoire français :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s