Changements climatiques : les côtes françaises s’érodent encore et toujours …

Nos côtes se font grignoter peu à peu! En exemple la côte sableuse d’Aquitaine longue de 238 km recule en moyenne de 1 m à 3 m par an pouvant atteindre localement 6 m voire 10 m par an !

Cette érosion, ou recul du trait de côte, est la conséquence de l’élévation du niveau de la mer, des courants marins, de l’action des tempêtes ainsi que des interventions humaines telles que la construction de ports, de défenses contre la mer ou le prélèvement de sédiments.

Ce phénomène millénaire et mondial s’accélère depuis plusieurs décennies.

Face à ce constat alarmant, une équipe de travail créée en 2010 et comprenant des représentants du Grenelle de la Mer, vient de remettre au ministère de l’Écologie un rapport sur la stratégie de gestion du littoral, la lutte contre l’érosion côtière et le recul du trait de côte.

La carte des zones côtières françaises menacées et des explications en images en suite d’article!Les zones côtières sont des zones de pression démographique, économique et écologique c’est pourquoi l’érosion côtière constitue un risque pour les populations et les biens. Ce recul du trait de côte, touchant plus de 1700 km de côtes françaises, est accentué par les changements climatiques tels que la hausse du niveau marin ou la multiplication des tempêtes.

Parmi le quart de littoral touché par ce phénomène, les côtes qui y sont le plus soumises sont celles du Nord Pas de Calais (60%), Haute Normandie (50%), Aquitaine et Poitou Charente (33%).

Moins présente en PACA, l’érosion touche quand même 17% des côtes notamment  la Côte bleue, la presqu’île de Giens et de nombreuses baies de la Côte d’Azur.

4 propositions majeures ont été faites par l’èquipe de travail citée plus haut :

1. Élaborer un outil d’observation de l’évolution du trait de côte afin d’identifier des  » zones à érosion forte «  qui deviendront la priorité.

2. Prioriser l’intervention dans ces zones d’érosion fortes en élaborant des  » stratégies locales  » partagées entre les acteurs

3. Renforcer la prise en compte de l’érosion côtière dans les documents de planification et d’urbanisme.

4. Expérimenter des solutions de  » repli stratégique  » et de  » relocalisation des biens et des activités « .

Le rapport présente également un guide méthodologique à destination des collectivités locales, afin que la gestion du trait de côte soit pleinement intégrée dans leurs différents documents d’urbanisme.

Toutes les méthodes  aujourd’hui  utilisées pour lutter contre l’érosion :  enrochement, épis, rechargement en sable ne sont que des solutions temporaires. Par les digues, le phénomène est simplement déplacé. Une gestion qui n’a rien de durable !

Vidéo explicative ici 

Publicités

2 réponses à “Changements climatiques : les côtes françaises s’érodent encore et toujours …

  1. Pingback: Documentaire: Le sable, enquête sur une disparition | envi2bio

  2. Pingback: Édito : Je voudrais revoir ma mer … | envi2bio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s