Japon : la chasse à la baleine financée par les dons envoyés aux victimes du tsunami

© Greenpeace

L’industrie japonaise de chasse à la baleine financerait en partie sa campagne 2011 de pêche en Antarctique grâce à l’argent envoyé du monde entier par des milliers de personnes afin de venir en aide aux sinistrés et aider à la reconstruction des zones touchées par le tsunami du 11 mars dernier et à la crise nucléaire qui a suivi.

La chasse à la baleine est plus que jamais un sujet d’actualités et de controverses avec cette information relayée par la Sea Shepherd Conservation Society.

Confirmée le 4 octobre par le ministre de l’agriculture et des pêches, Michihiko Kano, la campagne de pêche, qui débutera fin novembre ou début décembre 2011 dans l’Antarctique, sera assurée par des fonds prélevés sur le troisième budget supplémentaire consacré à la reconstruction des zones dévastées le 11 mars. Soit une enveloppe de 2,3 milliards de yens (environ 21 millions d’euros) qui n’ira pas au soutien des victimes ou à l’achat de nouveaux bateaux mais bel et bien pour « renforcer les moyens de lutte contre les opérations de harcèlement menées par les activistes hostiles à la chasse à la baleine ».

Plus précisément, l’enveloppe financera le déploiement de navires d’escorte des baleiniers. Car les campagnes annuelles dans l’Antarctique sont soumises à rudes pressions. L’organisation de protection des cétacés, Sea Shepherd mobilise chaque année plusieurs bateaux pour tenter de perturber l’activité des baleiniers. En février, Tokyo a été contraint de jeter l’éponge en suspendant la campagne pour raison de sécurité.

L’octroi de cette subvention a fait réagir les organisations de protection de l’environnement. Quatorze d’entre elles, dont Greenpeace Japan, ont adressé dès le 27 octobre une lettre ouverte aux autorités, les appelant à « consacrer cet argent aux victimes au lieu de le gaspiller dans une inutile mission de chasse baleinière ». Le document, s’appuyant sur des chiffres officiels, précise que chaque campagne coûte environ 3 milliards de yens et se termine sur un déficit de 1,9 milliard de yens.

Il est à noter que la chasse baleinière fait l’objet d’un moratoire international depuis 1986. Mais des dérogations (article 8 de la Convention baleinière) autorisent le Japon à s’y livrer sous couvert d’études scientifiques (ndlr : la Norvège et l’Islande ont également la permission de pêcher mais exclusivement au large de leurs côtes).

Les Japonais ont pêché plus de 10 000 baleines depuis 1988. Le maintien de la chasse est aussi un enjeu de politique intérieure. Au point d’avoir convaincu les autorités d’autoriser une nouvelle campagne, mais au risque de voir le Japon perdre une partie du capital de sympathie suscitée par la catastrophe de mars.

Carte représentative des 15 nations ayant signées la Convention internationale pour la règlementation de la chasse à la baleine, à Washington, D.C. le 2 décembre 1946

Sources : Le Monde.fr et notre-planete.info

Autres articles sur ce sujet :

Protection des mammifères marins : un arrêté voit enfin le jour ! 

63eme session de la Commission Baleinière Internationale : un bilan mitigé pour la protection des baleines

Réouverture de la chasse à la baleine en Norvège : autorisation de tuer 1 286 baleines

chasse-baleine-japon


Publicités

2 réponses à “Japon : la chasse à la baleine financée par les dons envoyés aux victimes du tsunami

  1. Pingback: Baleines : Australie vs Japon | Défense Animale

  2. Pingback: Bretagne: échouage d’une baleine de 20 tonnes ! | envi2bio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s