Carnet de voyage de Nicolas: la Thaïlande

Nicolas a entrepris son tour du monde sur un coup de tête, une envie irrépressible de découvrir des contrées lointaines et inconnues, d’accomplir ce rêve de gamin en gardant en tête cette promesse faite à son grand-père qui lui avait conté l’histoire de Marco Polo. Il partage avec nous, via ses écrits et ses photos, son carnet de voyage rempli de belles expériences personnelles: un vrai régal !

Ah qu’elle est belle, dame Thaïlande, avec ses parrures dorées et ses apparâts qui scintillent comme des soleils à leurs zéniths. Qu’elle est accessible cette femme aux yeux en amande dont le sourire irradie son visage de poupée. Qu’elle est serviable, cette aimable séductrice, à se plier au moindre désir venu d’occident. Il n’y a rien à dire, il pourrait y avoir de la perfection chez elle… Et elle l’est d’ailleurs peut-être pour un grand nombre de ses amants.

Au Nord, près de son cerveau, la demoiselle se souvient encore de ses traditions. La tête dans les nuages, il y a encore un peu de pureté chez elle. Encore un peu de fraïcheur. Encore un peu de naturel. Aux abords de sa poitrine, vers Chiang Mai, les courbes sont rebondies, sublimes et vallonnées. Et il y a un coeur qui tente de battre et de conserver encore un peu des valeurs ancestrales qui s’atténuent toujours plus devant les billets Franklinisés.

Et si l’épaisse fumée envahi les poumons Bangkokiens, premiers symptomes de sa douce déchéance, il faut reconnaitre que la dame n’a pas froid aux yeux sous le soleil de Phuket. Une fois passée la ceinture et la finesse de ses hanches, l’ancienne Siam mute en volage prédatrice. Il y a les sexagénaires pervers (qui n’ont jamais aussi bien porté leur décennie), venus de tout horizons, qui laissent promener leurs mains sur ses jambes encore adolescentes. Et elle se couche devant eux, sur un lit de billets, se mordant les lèvres à l’idée de vampiriser la CB. Aussi vénale que merveilleuse, Miss Thaïlande vous caresse le visage d’une main et fait glisser sournoisement l’autre dans votre poche. Il faut dire qu’elle n’est guère gourmande et qu’elle demande peu pour se mercantiliser. C’est un peu de paradis sous blister à bon marché.

Chaude et humide, l’affriolante séductrice montre les dents et sort les griffes. Le diable qui est en elle ne s’habille pas en Prada contrefait obtenu du côté de Kao San mais se déshabille du côté de Koh Phi Phi, Patong ou Pattaya. Et quand la nuit tombe sur son amour propre et sur les îles, elle se donne au plus offrant appauvrissant son esprit pour enrichir son compte en banque. La vertu rapporte moins que le sexe, c’est bien connu…

Il y a le feu en elle et ses yeux machiavéliques brillent et illuminent ses paupières recouvertes de fard en sable fin. Elle laisse plonger le client dans son bassin aux eaux turquoises et ses hanches de vagues font des va et vient, surfant sur le consommateur, qui mêlent luxe à la luxure, qui sombre durant la vie nocturne comme un insubmersible dans la mer, qui laisse échouer son corps, qui frétille au bord de l’eau et qui recrache des écumes dans les flots. Incontestablement mais sans charme, la fille de joie, habituée à ce spectacle, est déjà partie. Car en Thailande plus que jamais, Time is Money ! Y a une industrie à faire tourner !

Découvrez le carnet de voyage de Nicolas sur l’Inde ici
Découvrez le blog de Nicolas: L’ornithorynque voyageur 

À lire notre article sur Bangkok:une ville en train de couler !

Advertisements

15 réponses à “Carnet de voyage de Nicolas: la Thaïlande

  1. Pingback: Carnets de voyage de Nicolas : Rome | envi2bio

  2. Pingback: Carnet de voyage de Nicolas: Sénégal | envi2bio

  3. Pingback: Carnet de voyage de Nicolas: Valparaiso (Chili) | envi2bio

  4. Pingback: Carnet de voyage de Nicolas : Les rencontres | envi2bio

  5. Pingback: Carnet de voyage de Nicolas: Les Philippines | envi2bio

  6. Pingback: Carnets de voyage de Nicolas: La Bolivie | envi2bio

  7. Oui, c’est une vision totalement subjective… J’ai beaucoup aimé le Nord de la Thailande et Chiang Mai par exemple… Mais j’avoue que la Thailande m’a laissé un gout amer, peut être parce que mon séjour a été articulé autour des îles du sud plutôt qu’au Nord (ce qui a été une belle erreur)

  8. Pingback: Carnet de voyage de Nicolas: Luang Prabang | envi2bio

  9. Pingback: Carnet de voyage de Nicolas: La Nouvelle Zélande | envi2bio

  10. Ce qui est dit est vrai mais on a tendance à garder les côtés négatifs du pays tandis qu’il est tellement riche en paysages, on peut (parfois) rencontrer des gens qui n’ont que faire du tourisme pour la simple et bonne raison que nous sommes peut être les premiers qu’ils voient (au nord). Ou être bercés par la générosité des locaux pendant l’euphorie de Bangkok.
    Je pense que l’image du porte monnaie ambulant est très présent mais il en reste un pays à découvrir absolument !

  11. Pingback: Carnet de voyage de Nicolas: l’Australie | envi2bio

  12. Pingback: Carnet de voyage de Nicolas: Bali | envi2bio

  13. Pingback: Pénélope Bagieu nous raconte ses voyages en BD | envi2bio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s