Espèces invasives: les Geckos verts de la Réunion luttent pour leur survie

Les espèces invasives, sont des espèces exogènes (ou exotiques, comprenez venues d’ailleurs), souvent introduites par l’Homme,  qui viennent perturber l’équilibre d’un écosystème en proliférant de manière plus rapide et importante que des espèces déjà présentes. Ces envahisseurs sont donc nuisibles à la biodiversité locale .

Sur l’île de la Réunion, il existe un parfait exemple d’espèces invasives versus espèces endémiques: le cas des geckos verts.

Entre 4 espèces, la compétition fait rage.

A ma droite, les espèces endémiques nommées Gecko Vert de Manapany et Gecko vert des Hauts.

A ma gauche, les espèces exogènes Gecko Vert de Madagascar et Gecko vert  poussière d’or cherchant à expulser du ring les espèces indigènes précédemment citées.

Le combat pour la nourriture et l’habitat est incessant et peu à peu les autochtones sont délogées par les envahisseurs ayant trouvé ici les conditions climatiques idéales pour leur développement.

Les scientifiques et la population, après avoir signalé l’invasion, cherchent aujourd’hui à préserver les derniers reptiles endémiques de l’île.

En 2011, un plan de conservation du gecko de Manapany (Plan National d’Action pour la protection de Phelsuma inexpectata) a été rédigé afin de  sauver l’espèce.

Déjà menacé en raison de la destruction de son habitat via l’urbanisation, le Gecko vert de Manapany a vu sa population chutée depuis l’introduction en 1994 du Gecko Vert malgache. En effet ce dernier entre en compétition avec les espèces locales plus petites que lui et les chassent de leur territoire entrainant une baisse importante de la population pouvant aller jusqu’à l’extinction de l’espèce endémique. Le nombre d’individus de Gecko Vert de Manapany est estimé entre 3 000 et 5 000.

Sur l’île, l’association Nature Océan Indien s’occupe, tout particulièrement, de la préservation de l’herpétofaune (reptiles) et invite les réunionnais à les alerter dès qu’une espèce invasive est repérée afin de les aider dans leur recensement et ainsi proposer des moyens de lutte efficaces.

Leurs conseils pour protéger le Gecko Vert de Manapany via l’entretien du jardin:

• Éviter ou limiter l’utilisation de produits chimiques néfastes tels que les anti-margouillats, insecticides, herbicides… Privilégier plutôt des produits biologiques.

• Garder les habitats favorables du gecko dans son jardin : vacoa, latanier, cocotier et multipliant.

• Éviter la destruction des pontes lors des activités de jardinage ou de nettoyage de la maison. Nettoyer les sites de pontes tels que les vacoas hors des saisons de reproduction, d’avril à août.

• Ne pas introduire d’autres reptiles prélevés dans la nature.

• Proscrire les dépôts d’ordures attirant les prédateurs du gecko vert : rats, chats, fourmis, oiseaux et musaraignes.

Ci après retrouvez les cartes d’identités de ces 4 espèces. Nous vous invitons également à en apprendre plus sur d’autres espèces invasives à la Réunion avec le site internet Espèces invasives.re 

Les autochotones: espèces endémiques

 

Carte d’identité du Gecko Vert de Manapany

Nom : Gecko vert de Manapany (Phelsuma inexpectata)

Taille :  10 à 13 cm

Lieu de résidence : Sud de l’île de la Réunion (bande littoral de 10 km de long)

Caractéristiques : 

  • Corps longiligne  de couleur vert pomme parcouru de petites tâches rouges
  • Membres marron-jaune
  • 2 bandes blanches encadrant une bande noire partent des yeux et filent vers l’arrière du corps

Alimentation : insectivore, frugivore, araignées, nectarivore (nectar des fleurs)

Mode de vie : Diurne, <450m d’altitude, dans les arbres (vacoas)

Son truc en plus :  espèce endémique protégée depuis 1989

Son truc en moins : espèce en déclin dû à la destruction de son habitat, son isolement géographique et la présence d’espèces invasives (possible inscription sur la Liste rouge mondiale des espèces menacées)

Carte d’identité du Gecko Vert des Hauts

Nom : Gecko vert des hauts (Phelsuma borbonica)

Taille :  11 à 16 cm

Lieu de résidence : Hauts de l’île de la Réunion (zones éparses)

Caractéristiques : 

  • Corps longiligne  de couleur très variable avec des tâches rouges s’épaissisant vers la queue
  • Queue allant du turquoise au vert
  • Flancs gris

Alimentation : insectivore,  frugivore,  nectarivore, araignées, microinvertébrés

Mode de vie : Diurne, forestier arboricole, de 500 à 1400 m d’altitude

Son truc en plus :  espèce endémique protégée par le parc national de la Réunion 

Son truc en moins : espèce menacée en raison de la destruction de son habitat (possible inscription sur la Liste rouge mondiale des espèces menacées)

 

 

Les envahisseurs: espèces exogènes

Passeport du Gecko Vert de Madagascar

Nom :  Grand gecko vert malgache (Phelsuma madagascariensis grandis)

Taille :  25 à 30 cm

Lieu de résidence : Madagascar, introduit à la Réunion en 1994 (élevage)

Caractéristiques :

  • Corps longiligne  vert avec des tâches rouges en nombre variable
  •  Ligne rouge latérale des narines aux yeux

Alimentation : omnivore (insectes, fruits, nectar, autres geckos) 

Mode de vie : Diurne,arboricole, de 500 à 2200 m d’altitude

Son truc en plus :  espèce exogène très bien adaptée au climat réunionnais

Son truc en moins : agressif,  décime les populations locales de Gecko voire ses congénères

Passeport du Gecko Vert poussière d’or

Nom :  Gecko vert poussière d’or (Phelsuma laticaud)

Taille :  10 à 13 cm

Lieu de résidence : Madagascar, introduit à la Réunion en 1975 (oeufs)

Caractéristiques :

  • Corps longiligne  vert avec trois tâches rouges vifs
  •  Points jaunes dans la nuque
  • Tête avec trois bandes rouges transversales

Alimentation : omnivore (insectes, fruits, nectar, autres geckos) 

Mode de vie : Diurne,arboricole

Son truc en plus :  espèce exogène très bien adaptée au climat réunionnais mais ne se trouvant pas sur l’aire de répartition du gecko vert de Manapany

Son truc en moins : très agressif envers ses congénères, menace pour d’autres espèces endémiques de la réunion

Publicités

Une réponse à “Espèces invasives: les Geckos verts de la Réunion luttent pour leur survie

  1. Pingback: 22 Mai : Journée Mondiale de la biodiversité | envi2bio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s