Edito : Pourquoi je ne sauverai pas la planète

Cette histoire peut sembler banale, pour moi elle ne l’est pas. En effet cette histoire est la mienne. Ma tranche de vie.

« Anne, 29 ans, chômeuse depuis un an … »

Dessin réalisé par @Sotha Ith Photography

Dessin réalisé par @Sotha Ith Photography

Un an. Une année à la recherche d’un emploi dans son domaine : l’éducation à l’environnement. Cela passe si vite, et si doucement quand votre quotidien se résume à chercher : chercher des offres, chercher des organismes, postuler, envoyer des candidatures spontanées et surtout … ne jamais avoir de réponses. En bref, chercher sans jamais trouver.

Enfin si, quelques réponses encourageantes pour certaines : « mais quel beau profil ! », « vous pourriez diriger un département » et certaines te proposant du bénévolat (ou comment avoir gratuitement les services d’une personne compétente avec expérience).

Et même lorsque tu es prête à accepter de donner de ta personne afin de faire grandir ton réseau, de l’autre côté, tout d’un coup, c’est silence radio malgré de nombreuses relances !

Des réponses de ce type, j’en ai à la pelle, mais le meilleur reste le peu d’entretiens que tu as réussi à décrocher, où tu mets toute ton envie et tous tes espoirs pour enfin sortir de cette galère.

Ces entretiens, où tu vas pleine de motivation, où tu fais 3 heures de route aller/retour car tu le veux ce poste fait pour toi. Pour au final avoir des entretiens de 10 minutes (30 minutes grand maximum) alors que tu te rendras bien compte, après d’énormes espoirs, qu’en réalité, tes recruteurs avaient déjà choisi la personne pour ce poste, bien avant qu’ils en te convoquent à cet entretien…

Quelle désillusion ! (ou comment se sentir une moins que rien en un coup de fil).

L’environnement : un secteur porteur ?

Pourtant, l’environnement et le développement durable sont des secteurs porteurs. Porteurs d’avenir, porteurs d’espoirs selon moi. Tout le monde clame la nécessité de la sensibilisation du public, des enfants dès le plus jeune âge afin de faire bouger les choses et changer les mentalités sur autant de questions d’actualités.

Ceci est la théorie, car en pratique la réalité est tout autre.



En effet, personne n’est prêt à réellement investir pour que des postes soient créés, ou que les gens du milieu travaillent dans de bonnes conditions. Il s’avère donc que le secteur environnemental un milieu tout petit pour ne pas dire restreint. Il reste malgré tout, un secteur « tendance » où des personnes sans scrupules ont flairé le bon filon (je développerai sûrement ces propos  dans un prochain édito : l’an vert du décor).

Il y a toujours une bonne raison pour vous refuser un poste : jeune diplômée, pas assez d’expérience, enfin vous connaissez le topo. Sauf qu’après 3 ans et une expatriation obligatoire pour obtenir ma première longue expérience, ils ne savent plus trouver de justifications crédibles : « Votre profil et votre expérience sont très intéressantes mais …

  • Pourquoi avoir quitté votre poste et le Québec ? (Les cdd et les visas tu connais ? ou sinon ai-je le droit de rentrer dans mon pays pour y travailler ?)
  • Pourquoi ne pas avoir dirigé une équipe (m’en a ton donné l’opportunité?)
  • Pourquoi ne pas avoir mené de gros projets (parce que lorsque tu bosses de chez toi sans même avoir net et téléphone de payé, tu penses bien que c’est facile !).

 

Une assistée pour la société

Le plus dur, c’est qu’à bien des égards, je suis perçue par la société comme une assistée.

Et oui vous savez le genre de personnes qui touche le RSA et sont non imposable ! Faites un tour sur les commentaires des articles politiques dans la presse en ligne, c’est impressionnant ce que l’on peut y lire. Certes, certaines personnes abusent de ces aides sociales mais il ne s’agit pas de la majorité. Certaines personnes en ont même honte, sachez-le, et ne réclame même pas tout ce à quoi ils auraient droit comme la CMU.
Oui, croyez-le, certaines de ces personnes n’attendent que cela de ne plus rien toucher, voire même de payer des impôts. C’est vous dire !

Alors pourquoi je ne sauverai pas la planète?

Parce que je renonce.  Non pas à mener ma vie de manière cohérente et en adéquation avec mes valeurs, elles sont bien trop ancrées en moi, je ne me vois pas vivre autrement.

Avoir toujours l’envie d’aller plus loin dans ce mode de vie, en l’adaptant à ma situation (vivre en campagne sans voiture, honnêtement quasi impossible).

Mais je suis en train de renoncer professionnellement, non sans mal, non sans crainte, non sans être désabusée, et triste.

Oui c’est en quelque sorte un deuil. Un deuil sur cette vie que je m’étais imaginée, à vouloir faire bouger les choses, rendre le monde meilleur, sensibiliser le maximum de personnes.

En effet par mon travail, j’ai pu intervenir dans les écoles, faire des sorties pédagogiques, des animations et j’ai sans doute sensibilisé plusieurs centaines de personnes sur des problématiques liées à l’environnement.

Et ceci, même avec une grande volonté, dans sa sphère personnelle et hors contexte professionnel, me semble très difficile à reproduire car demande énormément d’implication et de temps.

Alors, même si ma tentative de reconversion sera dans un métier qui correspond toujours à mes valeurs éducationnelles, cela sera sans doute très différent.
Et un changement aussi important, sans certitude de réussite cela est effrayant ! Je suis à la croisée des chemins.

Après comme me l’a dit une amie, on peut toujours faire des ponts dans la vie, et mon expérience pro sera toujours un plus.

Quoiqu’il arrive la planète continuera bien sans moi pour faire comprendre à l’Homme sa complexité et la nécessité de la préserver pour sa propre survie.

Mais envi2bio restera ouvert, ce blog ira peut être dans d’autres directions, mais restera le lien entre ma vie d’avant et ma vie future.

 

 

 

Advertisements

19 réponses à “Edito : Pourquoi je ne sauverai pas la planète

  1. Pingback: envi2bio : « Ma créatrice, cette mère indigne  | «envi2bio

  2. Nul n’est prophète en son pays. ceci illustre bien cette situation. de façon générale, il faut dire que le développement durable est un gros sujet de procrastination pour notre société. on remet tout cela à demain du coup ceux qui sont prêts à s’y investir attendent sur le coté, le jour ou on y mettra enfin les moyens. tu souffre malheureusement du fait d’être un peu en avance sur ton temps pour ce qui est de ce sujet, mais tu contribue et par ton blog et par tes velléités professionnelles a décloisonner les mentalités, leur donner envie de passer à l’action après la prise de conscience bonne chance à toi, tu saura rebondir je ne m’en inquiète pas.

    • Merci pour tes encouragements.
      Il ne me semble pas être en avance sur mon temps mais plutôt que nombre de personnes notamment haut place dans notre société sont très en retard et c’est là où réside le problème.
      Changer demandé des efforts et la résistance au changement est toujours plus grande.
      On verra ce que nous réserve l’avenir, en espérant qu’il s’éclaircisse …

  3. Nous vivons vraiment une période paradoxale. Tant d’initiatives motivantes et courageuses, tant d’envies et à côté de cela, un goulot d’étranglement financier qui réduit tellement de bonne volonté à un nuage de poussière. N’arrête pas de bloguer en tout cas et je te souhaite qu’une ouverture inattendue se produise au moment où tu lâches prise.

    • Merci pour tes encouragements. Nous vivons, en effet, une époque bien paradoxale !
      L’important pour moi est de ne pas finir blasée mais continuer à présenter événement, initiatives et voir la vie en vert ! :)

  4. Oh nous sommes malheureusement trop nombreux dans cette situation à réellement croire que la prise en compte globale du développement durable soit nécessaire sans y trouver de quoi vivre. Je te souhaite du courage pour tenir le cap avec tes convictions et comme dit plus haut, espérons qu’une nouvelle approche ou opportunité se présentent.
    Nous sommes tous des héros de la planète!

    • Merci à toi !
      C’est malheureusement dur pour tout le monde et dans bien des secteurs.
      Si je passe par Paris je me permettrai de te contacter pour te rencontrer et avoir ma première manucure écolo !

      Bonne fin de journée :)

  5. C’est un domaine tellement restreint l’environnement. Je suis pas spécialiste de l’environnement mais j’aimerais faire avancer les choses dans mon travail avec l’optique de développement durable. Mais je suis encore au stade de persuader les entreprises de m’embaucher. Pour l’instant , je n’envisage pas de changer de voix mais peut-être plus tard si les collectivités et les entreprises continuent à faire silenc radio. Je ne désespère pas.
    Je suis vraiment désolée pour toi. Cependant ton blog est déjà énorme et j’aime voir les différents thèmes que tu traites. J’essaye d’être au mieux une eco-citoyenne et des blogs comme le tien permettent vraiment d’avoir une vision plus grande. Merci!
    Au plaisir de te lire encore!

    • Merci à toi !
      Ce soutien fait chaud au coeur. J’ai pas toujours de retour sur le blog et savoir qu’il peut avoir du sens pour certaines personnes me fait énormément plaisir et me donne vraiment envie de continuer.

      Toi aussi tu es dans la galère de la recherche d’emploi, j’espère que les choses s’arrangeront au plus vite pour toi !

      Encore merci :)

  6. Perso j’ai pris le parti de rentrer dans l’économie traditionnelle (tout en conservant mon éthique de vie au maximum), pour leur tirer des moyens financiers qui me permettent ensuite de financer mes actions et projets écolo personnels.
    La vie au quotidien est moins intéressante certes.
    Peut-être q’un jour les gens comme moi mettront leur moyens en commun, et formeront un réseau, un maillage, qui permettra des synergies et ainsi de faire levier.
    Par ailleurs, cela n’empêche pas de rester à l’écoute d’un éventuel ‘business écolo’, d’une opportunité, qui permettrait de changer de monture et de vivre complètement dans ses convictions.
    Pour arriver à son objectif, peut-être faut-il être capable de prendre des chemins détournés…
    Benoît

    • En effet Benoît, il y a bien des moyens et des chemins pour parvenir à ses fins.
      Chaque travail à son lot d’avantages et d’inconvénients, tant que l’on reste en adéquation avec soi même c’est le plus important selon moi.

      Bonne continuation à vous.

  7. Je trouve qu’on est trop nombreux à se reconnaître dans ce que tu écris malheureusement. J’en fais aussi partie, mais pour un autre secteur qui me passionne mais j’ai dû prendre une autre direction :/ (et tout pareil, il y a des besoins, sur le papier c’est un secteur porteur etc mais personne veut investir là dedans)
    Ceci dit, on ne sait pas de quoi demain sera fait, et ton amie à tout à fait raison par rapport au « pont » que cela peut être dans une vie. Parfois il suffit de quelques années pour murir un projet ou juste qu’un coup de chance nous tombe dessus! En tout cas, bon courage pour la suite!

    • Merci pour ton commentaire.

      Comme tu le dis, ceci est malheureux que de nombreuses personnes se reconnaissent dans mon histoire. Elle est finalement très banale !
      J’espère que ta reconversion te permet malgré tout de t’épanouïr dans ce que tu fais.
      Des ponts sont toujours possibles en effet et je crois que c’est dans cet esprit qu’il faut le voir pour ne pas le vivre comme un échec.

      Bon courage à toi également :)

  8. Je connais trop bien malheureusement la situation que tu décris !
    Changer de direction n’est pas peut-être pas si négatif en soi, tu pourras en effet sensibiliser autrement dans ton nouveau milieu professionnel. Peut-être aussi qu’une opportunité se présentera sans que tu t’y attendes!
    En tout cas, courage et tiens nous au courant de tes nouvelles aventures!

    • Merci.

      On ne sait jamais ce que la vie nous réserve en effet!
      J’espère revenir dans plusieurs avec un édito plus positif sur une nouvelle vie qui s’ouvre à moi !

      Bonne journée à toi sous le soleil réunionnais :)

  9. Je suis sincèrement désolée que tu aies autant galéré à trouver du travail dans un domaine qui te passionne et t’importe tant… et qui devrait être important aux yeux de tous! Je te souhaite bon courage pour la suite, en espérant que quoi que fasses tu gardes espoir et continues ton combat personnel pour protéger l’avenir de notre belle planète…

    • Merci Natasha pour ton soutien.

      Le plus malheureux je trouve, est de voir qu’il y a tant à faire mais si peu d’investissement.
      Ce n’est pas la fin mais un autre chemin à prendre !

      Quand je lis d’autres blogs comme le tien et vois d’autres personnes impliquées c’est cela qui me donne de l’espoir.

      Passe une belle journée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s