Carnets de voyage de Nicolas : Rome

Nicolas est rentré de son tour du monde il y a plus d’un an déjà. Cependant, piqué par le virus des voyages, il rêve toujours d’évasion. Alors dès que l’occasion se présente, il part à la recherche de nouvelles découvertes: de pays, de culture, de personnes. Et nous régale toujours de ses textes poétiques et de ses photos humanistes, pour notre plus grand plaisir !  

carnet-voyage-nicolas-romeTu n’étais qu’un lointain souvenir d’enfant, une image d’un cirque qui s’effondre, celle de places trop grandes pour mes jambes juvéniles, d’un endroit où on chante pour s’exprimer et où dansent en ballet les mains et les idées. Tant d’années après, je reviens me nourrir à tes mamelles, toi la mère de mon sang, berceau de ma famille.

J’y découvre une louve sereine et joyeuse, bien loin de la cruelle et agressive que tu étais autrefois. Ta jeunesse était rebelle, seule à dévorer les rois ; à déchirer les ennemis ; à saigner tes proies. A pas de charge plus qu’à pas de loup, tu avais étendue ton territoire jusqu’aux horizons de l’Orient. Aujourd’hui, tu défends ton histoire allongée sous un soleil de plomb.

De ton antique grandeur, il ne reste que des ruines. Lire la suite

Publicités

Carnet de voyage de Nicolas: Sénégal

Nicolas est rentré de son tour du monde il y a plus d’un an déjà. Cependant, piqué par le virus des voyages, il rêve toujours d’évasion. Alors dès que l’occasion se présente, il part à la recherche de nouvelles découvertes: de pays, de culture, de personnes. Et nous régale toujours de ses textes poétiques et de ses photos humanistes, pour notre plus grand plaisir !  

carnet-voyage-senegal-NicolasLà, comme un havre de paix fusionnant avec l’Atlantique, se promènent les boubous lumineux et les peaux ébènes. Silhouettes longilignes et le regard fier, le peuple sénégalais se tournent vers les océans et les mers. Sur le sable de M’bour, les frêles jambes des enfants souriants chevauchent les esquifs échouées, les détritus ensablés et les cadavres de poissons échappés des filets abandonnés. Jusqu’à perte de vue, les pirogues de bois colorées somnolent le temps d’une nuit après avoir bravées les tumultes iodées, bercées par les vagues et les écumes salées. Les nobles pêcheurs courbent l’échine et traînent leur butin jusqu’aux étals odorants des marchés, où étincellent les écailles et les coquillages extirpés des abîmes bleutées. Assises sur de vieilles caisses en bois vermoulus, les femmes, drapées de lumières, échangent leur trésor contre des pièces et des billets. Ici, on vend comme on sourit, au milieu des chants et des cris, des fragrances issues de l’océan, des chèvres, des arômes et des fruits. Lire la suite

Carnet de voyage de Nicolas: Valparaiso (Chili)

Nicolas a entrepris son tour du monde sur un coup de tête, une envie irrépressible de découvrir des contrées lointaines et inconnues, d’accomplir ce rêve de gamin en gardant en tête cette promesse faite à son grand-père qui lui avait conté l’histoire de Marco Polo. Il partage avec nous, via ses écrits et ses photos, son carnet de voyage rempli de belles expériences personnelles: un vrai régal !

Il y a ces petits rafiots arrimés au port et bercés par la houle, ces chalutiers qui trainent derrière eux, comme un voile, leurs filets de pêches, ces paquebots qui fument et qui hurlent comme ces vieux marins parfumés à l’iode plutôt qu’au Channel et ces navires de guerre qui pointent leur canon vers les mouettes libertaires qui plongent succinctement leur tête dans cette crème salée et en extirpent des poissons.

Les loups et les lions de mer grognent et promènent péniblement leurs épaisses carcasses en s’abreuvant sans retenue du soleil et ses rayons.

On y voit des regards rêveurs qui se perdent vers l’horizon, Lire la suite

Carnet de voyage de Nicolas : Les rencontres

Nicolas a entrepris son tour du monde sur un coup de tête, une envie irrépressible de découvrir des contrées lointaines et inconnues, d’accomplir ce rêve de gamin en gardant en tête cette promesse faite à son grand-père qui lui avait conté l’histoire de Marco Polo. Il partage avec nous, via ses écrits et ses photos, son carnet de voyage rempli de belles expériences personnelles: un vrai régal !
Aujourd’hui, découvrons une nouvelle facette de notre globe-trotteur, tout en poésie ! 

A toi la dame des slums,

Toi qui te maquilles de far à poussières

Toi qui a la maigreur des cimetières

Sous ta maison qui n’en est pas une,

Dans ton jardin de détritus,

qui voit seulement fleurir la mort

Sur ton paillasson de terre,

Pas de talons, pas de Gucci

Juste des pieds nus et un sari

Et si la Mousson s’abat sur tes rétines,

Y a toujours ce sourire qui t’illumines. Lire la suite

Carnet de voyage de Nicolas: Les Philippines

Nicolas a entrepris son tour du monde sur un coup de tête, une envie irrépressible de découvrir des contrées lointaines et inconnues, d’accomplir ce rêve de gamin en gardant en tête cette promesse faite à son grand-père qui lui avait conté l’histoire de Marco Polo. Il partage avec nous, via ses écrits et ses photos, son carnet de voyage rempli de belles expériences personnelles: un vrai régal !

philippines-nicolas-tuk-tukFranck Miller aurait pu s’en inspirer pour créer son Sin City. Manille, cette ville en noir et blanc, Manille et ses trottoirs peuplées de divines vampiresses, Manille et ses flics et leurs fusils à pompe en bandoulières. Manille et ses amours noirs, ses ruelles sombres, ses cerbères prêt à mordre, ses Hadès, ses Perséphones. Manille où les pêcheurs n’arpentent pas seulement le port.  Les sirènes chantent, celles des forces de l’ordre mais aussi les belles désespérées qui veulent vous attirer dans leurs filets dans l’espoir d’obtenir un billet ou des papiers.

Pourtant dans cette capitale, les tuk-tuk affichent des citations de la bible, que dieu protège ton voyage, dieu nous aime, j’aime dieu… A chaque intersection, au centre de la danse des ombrelles, une église ou deux, comme si chaque seconde était nécessaire pour expier les fautes qui peuplent par milliers les vieux comme les nouveaux quartiers… Car à  Manille, comme à Sin city, si tu prends la bonne ruelle, tu trouveras ce que tu cherches…

Lire la suite

Carnets de voyage de Nicolas: La Bolivie

Nicolas a entrepris son tour du monde sur un coup de tête, une envie irrépressible de découvrir des contrées lointaines et inconnues, d’accomplir ce rêve de gamin en gardant en tête cette promesse faite à son grand-père qui lui avait conté l’histoire de Marco Polo. Il partage avec nous, via ses écrits et ses photos, son carnet de voyage rempli de belles expériences personnelles: un vrai régal !

Écrire sur la Bolivie est peut-être l’exercice le plus difficile depuis le début de mon périple. Non pas que ce pays ne m’inspire rien, bien au contraire…

Mais parfois les mots semblent manquer pour décrire des paysages ou exprimer ses sensations. Je crois que l’altitude, de ce pays niché dans les nuages, entre désert, vallées et forêts denses, ainsi que sa beauté peuvent couper le souffle comme les mots.

Que dire de ces Lagunes aux couleurs si étranges ? Que dire de ce sol aride pris en étau par des montagnes enneigées ? Lire la suite

Carnet de voyage de Nicolas: Luang Prabang

Nicolas a entrepris son tour du monde sur un coup de tête, une envie irrépressible de découvrir des contrées lointaines et inconnues, d’accomplir ce rêve de gamin en gardant en tête cette promesse faite à son grand-père qui lui avait conté l’histoire de Marco Polo. Il partage avec nous, via ses écrits et ses photos, son carnet de voyage rempli de belles expériences personnelles: un vrai régal !

Luang-Prabang-NicolasIl était une fois, sur les rives du Mekong, un havre de paix. Avec ses rues qui serpentent et grimpent les vallons et avec son vent qui susurre avec des prières mystiques. La ville Laotienne prendrait des allures de petit bourg paisible. Au pied des montagnes, qui se drapent de brume, les palmiers flânent, se balancent avec nonchalance et observent amicalement les moines qui filent et flottent, dans leur robe safran, comme des fantômes sans un mot dans les rues ombragées de l’ataraxique cité.

Un souffle de fraicheur et de bien être s’engouffre entre l’asphalte et le toit des vats qui étincellent leur or et promène dans son sillage le parfum enivrant des fleurs et des frangipaniers. Lire la suite