Pesticides : comment s’en protéger?

1. Laver ou peler les fruits et légumes?

 

Pour se débarrasser des pesticides contenus dans les fruits et légumes conventionnels, il est recommandé de laver ou peler les végétaux. Cependant, des études montrent que ces précautions ne sont pas suffisantes.

Laver un fruit ou un légume qui contiendrait des pesticides en surface est intéressant s’ils sont contaminés par des pesticides capables d’être dissous dans l’eau. On sait que la température de l’eau (chaude de préférence) ainsi que le frottement ont une influence positive sur le niveau de résidu présent sur les végétaux. Cependant, ce lavage ne permet pas d’ôter les pesticides lipophiles, c’est-à-dire, insolubles dans l’eau.

En ce qui concerne le pelage, ce dernier peut enlever certains types de résidus, bien qu’une étude ait montré que le pelage de concombres traités avec un insecticide ne permettait pas d’éliminer la présence de ce pesticide dans le légume. De plus, lorsque l’on pèle un fruit ou un légume, on se voit privé des vitamines contenues dans la peau. Cela ne semble pas par ailleurs convenir dans tous les cas, puisque certains fruits et légumes comme les fraises, framboises, salades ne se pèlent pas!

 

2. L’agriculture biologique, une valeur sûre

Lire la suite

Pesticides : quels effets sur la santé humaine?

 

 

Les pesticides ne sont pas des produits anodins ; même les industriels le disent pour justifier les risques encourus et inciter les agriculteurs à adopter de bonnes pratiques d’utilisation (port de combinaisons, gants, masques, dosages à respecter). De nos jours, de nombreuses enquêtes établissent des liens entre exposition aux pesticides et certaines maladies.

1. Chez les professionnels de l’agriculture

L’étude achevée en juin 2013 par l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale français) se révèle être l’enquête la plus complète réalisée à ce jour sur l’impact des pesticides sur l’être humain. Elle se présente comme un bilan de la littérature scientifique internationale publiée au cours des 30 dernières années et fournit des informations sur les risques sanitaires engendrés par l’exposition aux pesticides chez les professionnels, plus particulièrement. Lire la suite

Pesticides : quels usages et quels impacts sur l’environnement ?

Les pesticides désignent les substances chimiques utilisées pour protéger les végétaux contre des organismes nuisibles.

En simplifiant, nous pouvons les classer en trois familles principales :

  • les fongicides destinés à éliminer les champignons
  • les insecticides permettant de lutter contre les insectes
  • les herbicides chassant les mauvaises herbes

Concernant leurs usages, ils sont principalement utilisés par les professionnels de l’agriculture pour traiter leurs cultures. Mais ils peuvent également être utilisé dans le cadre d’un usage domestique en campagne ou plus urbain afin de désherber jardins, parcs, trottoirs, voies ferrées et dans le traitement de potagers privés.

Cependant, les pesticides n’apparaissent pas pour autant comme des produits inoffensifs. Ils semblent porter préjudice à des espèces végétales et animales qui ne sont pas directement visées.

Cette action non ciblée fait partie des inconvénients de l’usage des pesticides pour l’environnement dont en voici une liste non exhaustive: Lire la suite

L’agroécologie, un potentiel sous-estimé ?


L’agroécologie, kézako ?

Nourrir la planète sans polluer l’eau, sans assécher les sols et mettre en danger la santé des consommateurs, c’est possible si l’on se tourne d’avantage vers un modèle alimentaire et agricole durable comme l’agroécologie.

En tant que système global, l’agroécologie est à la fois :

  • Une science qui fusionne l’agronomie et l’écologie dans le but d’étudier les systèmes agricoles tout en s’appuyant sur les fonctionnalités offertes par les écosystèmes.
  • Une pratique agricole qui respecte l’environnement et qui tire profit des services rendus par la nature.
  • Un mouvement social de contestation qui s’oppose à l’agriculture conventionnelle et qui prône une approche globale basée sur la reconnaissance de la science et des savoir-faire agricoles.

 

Et concrètement ? Lire la suite

Chanson écolo du dimanche: « Le Décor » de Dub Inc.

Célèbre groupe de reggae français, c’est avant tout par la scène que ce groupe originaire de Saint-Étienne s’est imposé depuis plus de dix ans maintenant. Associant reggae, dancehall, musique kabyle et musique du monde, les textes de Dub Inc. portent toujours des messages d’espoir comme c’est le cas dans leur chanson « Le Décor », présente sur leur album intitulé « Dans Le Décor » et datant de 2006.

Dans cette chanson, on retrouve alors des phrases qui interpellent ces  « nouvelles générations » en leur faisant prendre conscience que « le monde est dans leurs mains » car « c’est dès aujourd’hui qu’il faut penser à demain et que les erreurs d’hier restent bien hors du chemin ». Lire la suite

Quel avenir pour les réfugiés climatiques ?

by Suriya Thonawanik

Depuis quelques années, une nouvelle réalité de réfugiés a fait son apparition : les réfugiés climatiques sinon également appelés réfugiés écologiques, écoréfugiés ou réfugiés environnementaux. La notion de « réfugié climatique » est alors utilisée pour décrire des personnes victimes d’un sinistre environnemental qui se voient obligées de quitter leur lieu de résidence afin d’assurer leur survie.

A l’automne 2013, la Nouvelle-Zélande a refusé d’accueillir un habitant des îles Kiribati  (océan Pacifique) comme réfugié climatique. Ce dernier a alors défendu le fait que son pays est régulièrement submergé par l’océan. Cependant, en droit international le statut de réfugié climatique n’a pas d’existence propre.

En effet, la notion de « réfugié » décrite dans la convention de Genève de 1951 ne prend pas en compte le cas de « sinistres environnementaux ». Lire la suite