L’écolo: un dépressif en devenir ?

editorial

Biodiversité en déclin, énergie polluante, raréfaction de l’eau potable, changements climatiques, surexploitation des ressources, surconsommation, capitalisation de l’humain,  etc.

Être heureux lorsque, chaque jour, nous sommes assaillis par tant de mauvaises nouvelles : mission impossible?

Il s’agit sans doute du problème lorsque notre métier est de défendre nos convictions et nos  valeurs. On se renseigne, se surinforme, du matin au soir, du soir au matin, la semaine, le week-end, rares sont les moments de pauses cérébrales chez l’écolo.
La majorité du temps, notre mission, et nous l’avons acceptée, est de se battre pour défendre nos idées, sensibiliser notre public au niveau professionnel mais également notre entourage dans notre vie personnelle. Pour, au final, passer pour des hippies-bobos-granos et bien souvent des idiots. Lire la suite

Publicités

Je voudrais revoir ma mer …

“Parce qu’on aime aussi parler de nous et de nos expériences, parce qu’on est des passionnées d’environnement et que l’on a la chance d’en faire notre métier, parce que nous essayons d’être le changement que nous voulons voir dans ce monde, nous avons envie de partager notre avis et notre vision des choses. Alors bonne lecture !” 

Il y a quelques jours, j’ai appris une bien triste nouvelle: la plage dont le doux bruit des vagues a bercé mon enfance est sur le point de disparaître.

Cette plage, comme de nombreuses au pays basque, était autrefois une grande zone de sable où l’on pouvait se balader le long de la côté durant des heures, où il fallait marcher de longues minutes pour atteindre l’eau à marée basse et d’un peu moins longues à marée haute. Aujourd’hui à marée haute cette plage, ma plage, n’existe plus et ce quelques soient les coefficients de marée.

L’érosion des côtes et du littoral, un phénomène naturel certes mais que l’activité humaine accélère. Et malgré les connaissances de l’Homme sur ce sujet je suis surprise, surprise d’observer cela à l’échelle d’une vie : ma petite vie.

On évoque souvent le catastrophisme environnemental et si au contraire nous nous étions trompé? Lire la suite

Virginie: une communicante qui s’interroge sur l’avenir !

Bonjour à tous. Vous avez vu apparaître mon nom la semaine dernière sur la toile de Envi2bio et je pense qu’il est important que vous sachiez un peu qui je suis.

Je n’ai pas fait de formation en environnement et en sciences comme mes collègues d’écriture Anne et Alex, je suis spécialisée dans la communication et l’audiovisuel.

De ce fait, vous devez vous demander pourquoi j’écris sur des sujets écologiques et environnementaux? Lire la suite

22 Août: le changement c’est maintenant?

“Parce qu’on aime aussi parler de nous et de nos expériences, parce qu’on est des passionnées d’environnement et que l’on a la chance d’en faire notre métier, parce que nous essayons d’être le changement que nous voulons voir dans ce monde, nous avons envie de partager notre avis et notre vision des choses. Alors bonne lecture !” 

Le 22 Août, ce n’est ni la date d’un anniversaire ni celle d’une élection, non, le 22 Août 2012 est la date depuis laquelle la Terre vit a crédit. La date depuis laquelle l’être humain a utilisé les ressources que la Terre est capable de fournir en un an mais ce en seulement 8 mois ! Plus d’un mois d’avance par rapport à l’an dernier…

Lire la suite

Finies les vacances !

“Parce qu’on aime aussi parler de nous et de nos expériences, parce qu’on est des passionnées d’environnement et que l’on a la chance d’en faire notre métier, parce que nous essayons d’être le changement que nous voulons voir dans ce monde, nous avons envie de partager notre avis et notre vision des choses. Alors bonne lecture !” 

Un peu comme un enfant qui retourne à l’école après les grandes vacances, ce lundi retour à la vie « normale » faite de semaines réglées au rythme du travail.

Au revoir farniente, monde sans montre ni horaires à respecter, sans emploi du temps de ministre ni prise de rendez-vous pour voir les gens !

Mais cette année sera différente de la dernière écoulée, pourquoi ? Justement parce que ce que m’auront appris ces vacances « forcées » c’est de Lire la suite