WWF: Non à l’or illégal

orpaillage-guyane
En Guyane, la quantité d’or extrait illégalement chaque année équivaut à  plus de 5 fois la production légale.
Dans le monde, plus de 95% de l’or extrait chaque année n’est pas traçable, c’est-à-dire que le consommateur n’a aucune information sur la façon dont l’or est extrait et transformé. Ce qui permet à l’or illégal, dans de très nombreux pays, d’intégrer la filière légale : il est alors blanchi.

Signez ici ! 

Plus de la moitié de l’or extrait dans le monde est utilisé par la filière bijouterie.  Les consommateurs ont donc un rôle important à jouer dans la lutte contre l’or illégal,  en se renseignant sur l’origine de l’or des bijoux qu’ils achètent.

En moyenne, il faut déplacer 20 tonnes de minerai  pour extraire l’or contenu dans une bague.
Lisez la suite pour plus d’informations et dites non l’orpaillage illégal en allant sur le site dédié Non à l’or illégal 
Apprenez-en plus sur a WWF dans notre article WWF a 50 ans ! et découvrez une partie des action que cette fondation mène dans notre section dédiée 

Amazonie : quand le prix de l’or nuit à l’environnement

Record historique pour l’once d’or cette semaine : 1 500 $ !

L’augmentation du prix de l’or (multiplication des prix par 5 en 10 ans) a un impact majeur sur la déforestation  en Amazonie.

Cette hausse aurait multiplié par 6 le déboisement engendré par l’orpaillage.

L’extraction de l’or pose non seulement le problème de la déforestation mais également celui de la dégradation des écosystèmes.

Entre 2003 et 2009, ce sont 7.000 hectares de forêt qui ont été sacrifiés au profit de l’extraction de minerais en Amazonie. Quant au mercure, utilisé pour l’extraction de l’or, il est directement rejeté dans la nature polluant les cours d’eau et contaminant la faune et la flore.

Lire la suite