Quel avenir pour les réfugiés climatiques ?

by Suriya Thonawanik

Depuis quelques années, une nouvelle réalité de réfugiés a fait son apparition : les réfugiés climatiques sinon également appelés réfugiés écologiques, écoréfugiés ou réfugiés environnementaux. La notion de « réfugié climatique » est alors utilisée pour décrire des personnes victimes d’un sinistre environnemental qui se voient obligées de quitter leur lieu de résidence afin d’assurer leur survie.

A l’automne 2013, la Nouvelle-Zélande a refusé d’accueillir un habitant des îles Kiribati  (océan Pacifique) comme réfugié climatique. Ce dernier a alors défendu le fait que son pays est régulièrement submergé par l’océan. Cependant, en droit international le statut de réfugié climatique n’a pas d’existence propre.

En effet, la notion de « réfugié » décrite dans la convention de Genève de 1951 ne prend pas en compte le cas de « sinistres environnementaux ». Lire la suite

Publicités

Catastrophes naturelles: l’ONU défini un indice mondial d’exposition humaine

Un rapport réalisé par l’université des Nations Unies pour l’environnement et la sécurité humaine (UNU-EHS) et l’Alliance Development Works, a défini un indice mondial de risque : le WRI World Risk Index. Cet indice définile risque comme l’interaction entre un risque naturel et la vulnérabilité humaine d’une communauté donnée : il s’agit donc d’un indice d’exposition humaine aux risques liés aux catastrophes naturelles. 

En 2010, selon l’IDMC, le Centre de surveillance des déplacements internes,  42 millions de personnes ont été déplacées en raison des catastrophes naturelles soit le double par rapport à 2009! La majorité de ces déplacements, causés par les inondations, ont eu lieu en Asie (Inde, Philippines,Bangladesh, Indonésie, Chine et Pakistan). On appelle les personnes déplacées des réfugiés climatiques.

Comment est calculé cet indice ? Quels sont les pays les plus à risque ? Que sont les réfugiés climatiques ? Lire la suite